Jan 292020
 

Dimanche 23 février entre 10h et 13h

Lieu: salle de gymnastique, déambulatoire et local des sociétés

Le principe est simple, c’est un vide grenier où tout est gratuit.

Il n’y a pas d’argent. Juste le plaisir de se rencontrer, de discuter et de partager…

Amenez donc vos objets, livres, jouets, vêtements… pour leur offrir une seconde vie. Si vous avez des objets encombrants, vous pouvez les prendre en photo et les afficher.

Buvette sur place

A des fins d’organisation, si vous avez-besoin d’un emplacement, merci de l’annoncer en envoyant un e-mail à info@groupement-genthod.ch

 

 Au plaisir de vous rencontrer.

Vos élus du GIG

Gartiferia 2020

 

pixelstats trackingpixel
 Posted by at 22:25
Jan 292020
 

English version below

Saviez-vous que les personnes de nationalité étrangère, résidant en Suisse depuis 8 ans ou plus, âgées de plus de 18 ans, peuvent voter aux élections communales dans leur commune de domicile, ainsi que signer des initiatives et voter lors de référendums sur le plan communal ?

  • Si, en tant que résident étranger, travaillant pour une organisation internationale ou autre, vous êtes titulaire d’un permis “B”, “C”, “D”, “E”, “G”, “H”, “I”, “L” ou “P” et inscrit à l’Office cantonal de la population et des migrations, vous devriez être automatiquement enregistré comme électeur et donc recevoir vos documents de vote par la poste dans les semaines précédant les scrutins. Si tel n’a par hasard pas été le cas jusqu’ici, vous pouvez remplir le formulaire figurant dans le lien ci-dessous et envoyer les documents nécessaires au plus vite, afin de vous enregistrer.
  • Si vous êtes un fonctionnaire international titulaire d’une carte de légitimation, c’est-à-dire d’un permis “Ci”, vous n’êtes peut-être pas automatiquement enregistré comme électeur. Si vous souhaitez toutefois participer à votre communauté et voter lors des élections communales, vous voudrez bien remplir le formulaire figurant dans lien ci-dessous et envoyer les documents nécessaires au plus vite, afin de vous enregistrer et recevoir vos documents de vote.

En tant que résident étranger éligible demandant le droit de vote pour la première fois, veuillez télécharger ici le formulaire requis pour demander le droit de vote, et suivre les instructions fournies.

https://www.ge.ch/voter-geneve/je-suis-fonctionnaire-international

 

Did you know that if you are a foreigner, resident in Switzerland for 8 years or more, over the age of 18, you can vote for candidates in elections in the Commune in which you are officially resident, as well as sign initiatives and vote on referendums at the communal level?

  • If, as a foreign resident, working for an international organisation or otherwise,  you hold any one of the following permits–«B», «C», «D», «E», «G», «H», «I», «L» or « P »–and you have registered your official address at the Office Cantonal de la Population et des Migrations, you should be automatically registered to vote, and thus receive your ballot cards by post ahead of voting days. If, by any chance, this has not been the case to date, please fill in the form provided in the link below and send in the requested documents as soon as you can, to register to vote at the earliest.
  • If you are an International Civil Servant with a Carte de Legitimation, i.e. a «Ci» permit, you may not be automatically registered to vote. If, however, you do wish to participate in your community and vote in your Commune’s elections, please fill in the form in the link below and send in the requested documents as soon as you can, to register to vote and to receive your voter documents ahead of elections.

As an eligible foreign resident requesting the right to vote for the first time, please download the requisite form requesting the right to vote here, and follow the instructions.

https://www.ge.ch/voter-geneve/je-suis-fonctionnaire-international

 

 

pixelstats trackingpixel
 Posted by at 10:05
Jan 072020
 


Au printemps 2019, le GiG a décidé de présenter un maire et 2 adjoints aux postes de l’exécutif en vue des élections municipales de 2020 et en conséquence a fait un appel à candidatures auprès de ses membres.
Seule une personne s’est annoncée pour briguer le poste de maire et 3 autres pour les 2 postes d’adjoint.
Le choix fut difficile étant donnée la qualité des candidats et fut obtenu en respectant un processus d’élection interne démocratique.

Les candidats qui seront présentés par le GiG sont :

Michel Stalder pour le poste de maire

Michel Stalder

Pour le GIG, il est logique de présenter la candidature de M. Stalder après ses deux législatures en tant qu’adjoint au maire. Son expérience et ses compétences ne sont plus à démontrer et en tant que maire, il saura pleinement se mettre au service de l’intérêt commun. Il dispose par ailleurs d’une maîtrise des rouages politiques actuels qui permettra à Genthod un développement sain et équilibré.

 

Karen Guinand pour un poste d’adjointe

Karen Guinand

Mme Guinand est déjà bien connue et appréciée dans notre commune, ayant assumé sans faille la présidence de l’APEG pendant plusieurs années avant de siéger au conseil municipal. Sa rigueur, ses compétences financières, sociales et de communication font partie des atouts qui seront nécessaires pour les années à venir.

 

Bastien Guex pour un poste d’adjoint

Bastien Guex

M. Guex est également bien connu et apprécié dans notre commune, où il a grandi. Son engagement pour l’environnement et la mobilité douce ainsi que ses très bonnes connaissances du fonctionnement de l’Etat profiteront pleinement à Genthod. M. Guex a une longue expérience de la politique, ayant participé à la création de la section cantonale des Jeunes Vert(e)s Genève et été conseiller municipal pendant deux législatures.

 

Les candidats à l’exécutif du GiG sauront travailler ensemble pour permettre à notre commune d’appréhender les défis à venir et de développer le bien vivre ensemble.

pixelstats trackingpixel
 Posted by at 12:00
Nov 242019
 

Le GIG remercie les citoyens de Genthod d’avoir massivement soutenu l’initiative « Pour un pilotage démocratique de l’aéroport de Genève » le 24 novembre dernier. Genthod obtenant même le record cantonal du pourcentage de « oui » !

Nous nous félicitons qu’un meilleur équilibre entre considérations économiques et environnementales puisse être recherché et que les autorités locales – cantonales et communales – aient désormais aussi voix au chapitre.

Le GIG entend pour sa part continuer à défendre la qualité de vie des habitants de notre commune face aux nuisances générées par l’aéroport.

pixelstats trackingpixel
 Posted by at 20:30
Nov 242019
 

Objet n°2 : IN 163 Pour un pilotage démocratique de l’aéroport de Genève
Objet n°3 : Contreprojet à l’IN 163
Objet n°4 : Question subsidiaire pour départager l’IN 163 et le contreprojet

Le 24 novembre prochain, vous avez à vous prononcer sur l’initiative populaire 163 qui vise un développement maîtrisé de l’aéroport de Genève, permettant un meilleur équilibre entre considérations économiques et environnementales, et donnant voix au chapitre aux autorités cantonales et communales.
Fidèle à son engagement pour la qualité de vie des habitants de notre commune, le Groupement pour les Intérêts de Genthod vous invite à soutenir cette initiative et à refuser le contreprojet – un bien pâle substitut.

Pour mémoire, en 2016, l’initiative a récolté plus de 14’000 signatures, dont de nombreuses au sein de notre commune. Un signe clair que les nuisances occasionnées par la très forte croissance de l’aéroport au cours de la dernière décennie sont devenues insupportables pour de nombreux riverains, sans parler des implications foncières (non-constructibilité de terrains et perte de valeur).

Entre-temps, le PSIA (plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique) a été adopté par le Conseil fédéral, après une consultation publique que l’on peut qualifier d’alibi. Ce plan entérine la perspective de 25 millions de passagers et 235’000 vols en 2030 (contre 17,7 millions et 187’000 actuellement). La primauté est clairement donnée aux aspects économiques sur ceux liés à la santé et la détérioration des normes climatiques.

Le Conseil d’État genevois – qui a rejeté l’initiative 163 en juin 2017 – ne souhaitait pas de contreprojet. C’est le Grand Conseil, avec un texte élaboré par le groupe PLR, qui a proposé un contreprojet qui dépouille l’initiative de tous les éléments favorables aux riverains.

En particulier, il ne fait plus mention de la nécessité de rechercher pour l’aéroport « un équilibre entre son importance pour la vie économique, sociale et culturelle et la limitation des nuisances pour la population et l’environnement ».

Un oui à l’initiative permettra de s’assurer que toutes les parties concernées seront entendues, et donc d’avoir un débat démocratique sur la planification de l’aéroport, intégrant des considérations de développement durable.

Le GIG vous invite par conséquent à voter :

OUI à la question : Acceptez-vous l’initiative populaire 163 « Pour un pilotage démocratique de l’aéroport de Genève – Reprenons en main notre aéroport » ?
NON à la question : Acceptez-vous la loi constitutionnelle modifiant la constitution de la République et canton de Genève (Cst-GE) (Contreprojet à l’IN 163) (A 2 00 – 12435), du 28 février 2019 ?
IN à la question : Si l’initiative (IN 163 « Pour un pilotage démocratique de l’aéroport de
Genève – Reprenons en main notre aéroport ») et le contreprojet sont acceptés, lequel des
deux a-t-il votre préférence ?

 

Votation.24.11.2019

pixelstats trackingpixel
 Posted by at 10:18
Nov 122019
 

Budget de fonctionnement annuel 2020 et taux des centimes additionnels

Chère conseillères et conseillers municipaux,

Comme les années précédentes, la commune présente un budget positif, avec un centime additionnel maintenu à 25 et une taxe professionnelle totalement exonérée, et ce malgré la mise en œuvre de la réforme fiscale des entreprise et du financement de l’AVS, mieux connue sous l’abréviation RFFA.

Cette réforme n’a pour cette 1ère année pas eu d’incidence majeure sur les revenus de la commune, dans la mesure où ils dépendent principalement des personnes physiques et peu des personnes morales. Dans ces circonstances, c’est une chance mais aussi un risque, étant donné qu’au dernier pointage 70% des impôts des personnes physiques provenaient d’1% des contribuables.

Cet état de fait, lié à l’histoire de la commune, doit nous inciter à réfléchir à diversifier les sources des revenus communaux. Une piste à étudier pour augmenter la part des personnes morales serait de modifier le régime des zones à bâtir. Des parcelles non bâties aujourd’hui, mais qui ne peuvent plus accueillir de logements (courbes de bruit obligent), pourraient en revanche héberger des activités économiques sans nuisances et à haute valeur ajoutée.

Pour finir, il est remarquable que ce budget 2020 positif n’ait nécessité aucun sacrifice douloureux. En plus de faire preuve de solidarité en faveur des communes genevoise moins bien loties financièrement, la commune a la possibilité, comme le GIG le souhaite :

  • de réaliser des projets ambitieux;
  • de soutenir la culture et le sport;
  • de subventionner la mobilité douce;
  • d’offrir à tous, aînés, adultes et adolescents, des événements récréatifs tels que spectacles, excursions, ateliers et journées à thème.

Pour ces raisons le GIG va accepter le budget 2020.

pixelstats trackingpixel
 Posted by at 17:30
Oct 152019
 

(texte lu lors du CM du 15.10.2019 par Michel Stalder)

Rapport de la Cour des comptes : précisions concernant mon rôle dans l’affaire du collaborateur indélicat

Le rapport de la Cour des comptes du 2 octobre relate mon implication dans la gestion d’une affaire concernant un employé indélicat dans le cadre d’irrégularités dans le processus achat.

Je souhaite apporter ici quelques précisions concernant mon rôle et ce qui a animé mes choix

Pour cela, je dois commencer par faire un retour historique :
– Vers la fin 2018, j’ai été informé, par Monsieur le Maire, de soupçons d’irrégularités de la part d’un employé portant sur des achats de matériels qui ne seraient pas utilisés par les services communaux. Il m’avise qu’il va mener une enquête et me demande de garder cette information confidentielle, ne souhaitant pas en parler au 2ème adjoint. Tellement surpris par cette information concernant cet employé, j’accepte de garder la chose confidentielle, pensant qu’il en parlerait ultérieurement au 2ème adjoint et aussi par respect de la présomption d’innocence.
– Quelques temps plus tard, Monsieur le Maire me confirme que les soupçons de vol sont fondés. Il m’informe qu’il va en parler avec l’intéressé et faire le point avec lui.
– Lors de la sortie de fin d’année du personnel, j’ai été étonné de ne pas y voir cet employé. Monsieur le Maire explique que, n’étant pas en forme, il a préféré rentrer chez-lui. A la fin de la soirée, il m’apprendra, en aparté, qu’il a eu une discussion avec lui, lors de laquelle celui-ci a craqué et avoué les faits.
– Début 2019, Monsieur le Maire et moi avons reparlé de cette affaire et avons déploré le fait de perdre ce que nous considérions comme un bon employé. Monsieur le Maire m’a informé qu’il allait contacter un avocat pour savoir que faire dans pareille circonstance.
– Quelque temps après, Monsieur le Maire m’annonce que l’employé a détourné l’équivalent de 27’000 CHF que les objets volés étaient des marteaux, des vis, des clous, pompes à graisse, etc. Cela laissait plus penser à une pathologie qu’à une volonté d’enrichissement personnel. Aussi, m’avise-t-il qu’il a fait préparer une convention de confidentialité par l’avocat de la commune qui précise que l’employé rembourse la totalité de la somme plus les intérêts et les frais annexes, qu’il reconnait sa responsabilité et qu’il s’engage à suivre une thérapie pour solde de tout compte. Sur le moment, cela m’a semblé une solution acceptable avec un traitement humain d’une situation particulière.

– De plus, Monsieur le Maire m’avise que l’avocat me contactera pour contresigner une convention qui m’engagera sur l’honneur à une stricte confidentialité au sujet des faits ayant conduits au litige, de l’existence de cette convention et de son contenu. Cela m’a paru normal étant donné que je suis soumis au secret de fonction.

Les éléments qui m’ont fait accepter ce processus peuvent se résumer de la manière suivante :

1. La démarche était légale car elle se faisait sous la conduite d’un avocat. Lequel ne m’a pas informé à ce moment-là de l’obligation de dénonciation au Ministère public.

2. La commune n’était pas lésée car toutes les sommes et frais annexes étaient remboursés, l’employé était averti et obligé de se soigner. En effet, l’aspect pathologique a été une raison importante de mon empathie et de l’acceptation de lui donner une seconde chance.

3. Rappelons aussi que la décision de garder ou non un employé au sein du personnel communal est légalement du ressort du seul Maire (LAC art 48 lettre r).

4. Enfin, la confidentialité était respectée, avec seuls les signataires de la convention au courant de l’affaire. Sans quoi il aurait été évident que l’employé ne pouvait rester à son poste et que la démarche était vouée à l’échec.

Tout ceci est ce que je croyais être la vérité…

… avant qu’une lecture détaillée du rapport de la Cour des comptes me fasse douter de certains éléments. En particulier, la chronologie mentionnée dans le rapport laisse penser que les deux collaborateurs qui ont alerté le Maire, étaient au courant des faits bien avant que j’en soit moi-même informé. De ce fait, je m’interroge aujourd’hui fortement :

– Comment peut-on encore initier un processus visant à conserver un collaborateur clé de l’administration à son poste si certains de ses collègues connaissent les faits qui lui sont reprochés ?
– Pourquoi m’avoir mis dans la confidence ?
– Pourquoi n’ai-je pas été informé qu’au moins 2 employés partageaient cette confidence ? C’est pourtant un élément déterminant dans ce dossier.
– Pourquoi mandater un avocat pour rédiger une convention de confidentialité qui n’englobe pas les collaborateurs qui ont alerté le Maire ?

A ma demande, j’ai rencontré ce matin le Président de la Cour des comptes pour aborder ces questions. Il m’a confirmé que Monsieur le Maire avait été informé des faits par les auteurs de la communication citoyenne fin 2018 déjà et que, lorsqu’il avait partagé ses soupçons avec moi en me demandant la confidentialité, au minimum 2 autres personnes étaient déjà au courant.

J’ai également pris contact avec l’avocat en charge de la rédaction de la convention, qui m’a indiqué que lui non plus ne savait pas que d’autres personnes étaient au courant.

Je peux affirmer que si cette information avait fait partie de mes éléments décisionnels, je ne serais jamais entré en matière sur ce processus et j’aurais essayé de convaincre Monsieur le Maire de changer sa décision de garder l’employé à son poste.

Je voudrais encore ajouter que, soucieux de la continuité de fonctionnement de la commune et de l’impact du rapport de la Cour des comptes sur nos collaborateurs, je me suis rendu à la Mairie vendredi 4 octobre au matin. Là, on m’a informé que le Maire était absent. J’ai donc demandé à mon collègue adjoint de me rejoindre et entrepris avec lui des actions conservatives afin de rassurer les collaborateurs et de permettre d’assurer la continuité immédiate du travail de la Mairie :
1. En confirmant Mme Lardi dans la fonction de responsable ad intérim et lui demandant de réfléchir au besoin de support en personnel dont elle aura besoin.
2. En restreignant les accès aux locaux de l’employé indélicat aux seules heures de bureau.
3. En bloquant ses accès à distance au réseau informatique de la commune ainsi que ses accès bancaires
4. En initiant les résiliations de procurations et en demandant de nouvelles procurations pour Mme Lardi
5. En demandant à Mme Lardi de faire le nécessaire pour pouvoir accéder au coffre car les seules personnes à en connaître le code sont Monsieur le Maire et l’employé.
6. En donnant aux collaborateurs administratifs quelques priorités : comme par exemple ne pas se laisser submerger par le courrier et les factures et autres requêtes en cours et de se former rapidement à la gestion des clés électroniques, tâche principalement effectuée par l’employé.
7. En assurant les collaborateurs de notre présence et de notre disponibilité en cas de besoin d’échanger. Le rapport parle de souffrance des employés et ces événements n’améliorent pas la situation, être à leur écoute est une priorité.

Pour conclure, je reconnais que je n’aurais pas dû signer cette convention mais réitère ne pas avoir été au bénéfice d’informations complètes au moment de cette signature. Ne sachant pas que des collaborateurs étaient également au courant de l’affaire – pour l’avoir eux-mêmes dénoncée – et au vu de l’absence de dommage financier pour la commune, j’ai accepté une solution qui me paraissait empathique et était censée permettre d’éviter de provoquer un fort chaos dans le fonctionnement de la commune.

J’aurais également dû être plus attentif au fait que le 2ème Adjoint n’était pas impliqué dans ce processus et en faire la remarque à Monsieur le Maire, car cette affaire dépassait le cadre usuel de la relation entre un Maire et son 1er Adjoint.

Cela fait un peu plus de 8 ans que je suis membre de l’exécutif de la commune de Genthod et c’est la première fois que l’une de mes décisions me laisse un goût amer. J’ai le sentiment d’avoir fait confiance à un Magistrat qui en a abusé, en me cachant des faits cruciaux. Néanmoins je reconnais aussi avoir manqué de clairvoyance sur certains éléments du dossier et je m’en excuse.

Michel Stalder
15 octobre 2019

 

Rapport de la Cours des comptes 10.2019

pixelstats trackingpixel
 Posted by at 17:29